Faits de société

Illettrisme à la Réunion

logo Une étude menée par l’INSEE entre 2007 et 2011 montre que le taux d’illettrisme a évolué à la Réunion, amenant le nombre d’illettrés à environ 23% de la population. Si l’on prend dans le détail ces chiffres, il y en a un qui est alarmant, celui de l’illettrisme chez les jeunes dont 14% auraient des difficultés avec l’écriture, soit 3 fois plus qu’en France métropolitaine.
Le créole souvent montré du doigt, n’aurait pas la même influence selon les personnes. En effet, il serait pour certains une force, une richesse permettant d’avoir une double vision du monde, ceci serait, selon l’étude, issus de familles ayant un bon statut social. Pour les autres, la situation est inverse puisqu’elle se traduirait par un « semi-linguisme » ne permettant pas un épanouissement total dans l’une ou l’autre des deux cultures.

L’ANLCI (Agence Nationale de Lutte Contre l’Illettrisme) a relevé, quant à elle, la liste de causes suivante :

  •  Un passé scolaire douloureux,
  •  Des situations de rupture, de difficultés familiales, professionnelles, sociales,
  •  Des situations de travail où le recours à l’écrit n’est pas nécessaire.
  •  Un effritement des compétences de base lorsqu’elles ne sont pas utilisées, pratiquées,
  •  Des problèmes de santé
  •  …

cal-cd934On sait que plus de 50% des personnes illettrées sont en situation d’emploi, cependant elles sont confrontées à des difficultés qui peuvent être handicapantes, voire dangereuses. Ainsi, se repérer dans le temps, dans l’espace, lire une notice ou un schéma, utiliser un appareil particulier, calculer des quantités ou encore communiquer avec son entourage au travail (courrier, mail, SMS,…).
L’illettrisme n’a pas seulement un effet sur le quotidien pratique de ces personnes, il a aussi un effet psychologique et social. Ainsi, on voit se développer chez certain un sentiment de dévalorisation de soi, surtout lorsqu’elles ont des enfants qu’elles ne peuvent aider dans les devoirs, ou lire le carnet de correspondance et le bulletin de notes. L’accès à l’information leur est limité, elles ont aussi des difficultés et doivent se faire assister pour accéder à leurs droits de manière générale.
Plusieurs associations luttent contre ce phénomène, notons l’ANLCI précédemment citée et les cases à lire que l’on retrouve sur toute l’île.

Publicités
Catégories : Faits de société | Poster un commentaire

Addictions et l’addition !

Quand on pense « addiction » à la Réunion, c’est vrai que les premières qui nous viennent à l’esprit sont l’alcool et le zamal (cannabis réunionnais). C’est que celles-ci font des ravages, et pour ne parler que des très jeunes les chiffres (ORS) sont effrayant :

  •    8 jeunes de 13-15 ans sur 10 ont déjà expérimenté l’alcool à La Réunion, des filles autant que des garçons.
  •    Près d’un tiers des jeunes de 13 ans et 44% des jeunes de 14-15 ans ont déjà été ivres.
  •    3 jeunes de 13-15 ans sur 10 ont déjà expérimenté le zamal, les garçons plus fréquemment que les filles.

Une expérimentation de plus en plus précoce du zamal est à signaler également.

chiffre alcool

chiffre zamal

Malheureusement, il y a d’autres types d’addictions à signaler sur l’île. Le tabac figure aussi en bonne place avec toujours pour ces mêmes jeunes une consommation régulière pour 20% d’entre eux. Les médicaments ne sont pas en reste, avec le Rivotril et surtout l’Artane utilisé comme une sorte d’ecstasy des pauvres, qui sert normalement à soulager les personnes atteintes de la maladie de Parkinson.

D’autres types d’addictions telles que celles aux jeux vidéos, à internet et aux téléphones portables concerneraient 13% des étudiants.

Alors, parlons des conséquences. Les décès directement causés par l’alcool, c’est-à-dire uniquement les maladies liées à l’alcool, représentent 6% de l’ensemble des décès sur l’île : cancer, cirrhose (maladie chronique du foie) et psychose. Le tabac représente quant à lui 15% des décès.

Pour conclure, quand on parle d’addiction la justice n’est jamais très loin, et devinez qui est la deuxième place des interpellations pour ivresse, La Réunion juste derrière la Bretagne. Le trafic de médicaments prolifère également, alors qu’en 2009, il n’y a eu que 8 interpellations de dealers !!!

Pour aller plus loin:

Merci à l’ORS pour son autorisation de diffusion

Catégories : Faits de société | Poster un commentaire

RSMA

insigne4rsmaPresque toutes les semaines, le mardi ou le jeudi, je me rends à la caserne Lambert au Barachois. J’interviens lors des JDC (Journée de Défense Citoyenne), pour proposer un accompagnement vers l’insertion socioprofessionnel avec une association de l’Université de la Réunion.

Lors de ces journées, les jeunes de 18 à 25 ans se voient proposer des formations avec le RSMA (Régiment du Service militaire adapté) dans plus de 20 branches différentes. Sous le régime militaire, tenue, horaire, entraînement, vie de groupe, l’objectif est le suivant :

 « Ce projet éducatif vise à former un citoyen responsable et actif, c’est-à-dire une personne dynamique et autonome ayant confiance en elle, capable de discerner avant de décider pour enfin agir ».

 Ce projet mis en place il y a plus de 50 ans vise les jeunes en situation de décrochage scolaire, ceux sortis de l’école sans diplôme afin de leur donner des bases pour pouvoir en société, leur permettre de se former et pour certains de s’engager (30% des formations sont militaires les autres sont professionnelles).

 Le RSMA est présent uniquement dans les départements et territoires d’outremer (DOM-TOM) avec 6 régiments dont 2 dans la zone Océan Indien : Le RSMA-R à la Réunion et le GSMA à Mayotte.gal-1551893

 En 2012, le RSMA a formé 5000 jeunes, son objectif 2014 en former 6000. On peut saluer cette initiative, qui en plus des savoirs de base, s’attarde sur un point essentiel pour vivre en société le savoir être avec une devise claire : «  la réussite par l’effort est le travail ! ».

Catégories : Faits de société | Poster un commentaire

La Réunion, un territoire occupé !

J’ai récemment lu sur le site zinfos974, que les personnes possédant un i-phone ne pouvaient bénéficier de certaines applications comme celles de Google par exemple. En effet pour l’opérateur, La Réunion n’est pas en France, mais en Afrique. Je me suis mis à réfléchir et à faire des recherches sur cette idée d’appartenance. Là, j’ai découvert qu’en 2004 l’Union Africaine, dans un rapport  (à la page 44) avait décrété que La Réunion était un territoire africain sous occupation étrangère ! Ce qui tous de même incroyable lorsque l’on sait que 54 états africains, sur les 55 qui existent sont membres.

(Image libre de droit Wikipédia)

C’est vrai que lorsque l’on essaie de situer La Réunion dans une catégorie, on a souvent des difficultés. Certes d’un point de vue géographique, l’île est située sur la même plaque tectonique que le continent africain. Au niveau administratif, en tant que département d’outremer (DOM), l’île est française. Au niveau de ses habitants, les origines sont multiples :

  • Des populations d’Afrique de l’Est, d’Afrique de l’Ouest, de Madagascar, et de France (L’épisode de l’esclavage).
  • Des populations d’Inde et de Chine (l’épisode de l’engagisme).
  • Des populations originaires des îles voisines : Madagascar, Les Comores, Mayotte et l’île Maurice.
  • Les programmes type ERASMUS, qui permettent à des étudiants du monde entier de venir étudier sur l’île.

Au niveau des langues, on retrouve le créole et le français, mais aussi le tamoul, le malgache, le mahorais, le comorien, le hakka, le cantonais, le gujarati, l’ourdou et l’arabe. On voit bien qu’il est difficile de se trancher. Alors, qu’en pensent les Réunionnais ?

Selon Laurent Médéa sociologue Réunionnais :

«La majorité des Réunionnais se prennent pas pour des Africains. Les Réunionnais sont Français… mais physiquement et physiologiquement, ils ne le sont pas! Ils se considèrent plus comme métisses, issus de l’océan Indien… Nous sommes dans une société transculturelle, où existe une créolisation culturelle et sociale qui fait que nous sommes « partout et nulle part » en même temps». (propos recueillis sur le site slateafrique.com)

Catégories : Faits de société | Poster un commentaire

Rapport de la fondation Abbé Pierre

220px-Logo_Fondation_Abbé_Pierre.svg

Le rapport de la fondation Abbé Pierre pour la Réunion est tombé aujourd’hui. Rien d’inattendu ! 60 ans exactement après l’appel de l’Abbé, la situation est « infiniment préoccupante » pour reprendre les termes du rapporteur. Voici quelques chiffres qui résument la situation :

  • Vieillissement de la population qui devrait représenter 30% de la population en 2030
  • Une famille sur 5 est une famille monoparentale
  • Accroissement des situations d’isolement
  • Le revenu moyen des Réunionnais est inférieur de 40% par rapport à celui de la métropole, avec 920 € contre 1520 €
  • 144 000 enfants pauvres
    220px-ABBE_PIERRE-1999Without
  • Sur les 10 villes françaises les plus pauvres, 4 sont réunionnaises
  • 30% de chômeurs, avec 3 jeunes sur 5 sont sans emplois

Au niveau des logements, 9% d’entre eux sont insalubres. La plupart d’entre eux n’ont pas de droits de propriété. La fondation Abbé Pierre a enregistré une hausse de 15% des demandes d’aide pour le paiement de factures d’eau et d’électricité.

La fondation Abbé Pierre en appelle à tous les partenaires sociaux, et interpelle les candidats aux municipales à un mois des élections.

Espérons qu’après 60 ans l’appel sera enfin entendu !!!

Rapport de la fondation Abbé Pierre

(Photos libres de droit du site Wikipédia)

Catégories : Faits de société | Poster un commentaire

Les enfants de la creuse

loi 1963 bumidom

Au début des années 60, la Guadeloupe, la Martinique et la Réunion sont dans une situation difficile : le chômage, la misère et la population augmentent de manière importante. Dans le même temps, des zones entières de la métropole manquent de mains-d’œuvre. Le gouvernement trouve une solution effroyable qui va entrainer le départ de leur île de milliers de jeunes et d’enfants. Cette solution c’est le bureau pour le développement des migrations dans les départements d’outre-mer, le BUMIDOM.

Pour parvenir au départ des jeunes, le gouvernement propose une offre alléchante : un logement et un travail. Sudel Fuma, historien Réunionnais, confirme cela :

« Ces dernières promettaient aux parents un avenir de médecin ou d’avocat pour leurs enfant, on présentait la France comme un eldorado. Ces parents ont été victime d’une escroquerie morale. Les services sociaux leurs disaient que leurs enfants reviendraient pour les vacances ».
 
 

Pour les enfants, les méthodes seront plus directives. Les pupilles (orphelin mineur placé sous la garde d’une personne ou d’une collectivité) seront envoyés d’office, des assistantes sociales seront déployées sur toute l’île pour récupérer le maximum d’enfants. Ainsi, pour les familles qui vivaient dans des maisons insalubres (qui constitue un danger pour la santé), dans les familles où le père était alcoolique, les familles qui gardaient un enfant sans avoir d’autorisation légale, les enfants étaient conduits chez les assistantes sociales avant d’être envoyer en métropole.

Pour ce qui est de la Réunion, le BUMIDOM fera 37 473 personnes déplacées. Parmi elles, ceux que l’on appellera les enfants de la Creuse.

De 1963 à 1982, 1 630 enfants Réunionnais ont été arrachés à leur île natale et envoyés, pour la plupart, dans la Creuse et en Lozère. Le scandale éclate le 30 janvier 2002, lorsque Jean-Jacques Martial, un Réunionnais exilé en 1966, dépose plainte pour « enlèvement et séquestration de mineur, rafle et déportation ». Parmi eux, Parmi eux, Marie-Thérèse Gasp, forcée de quitter la Réunion en 1966 pour atterrir dans la Creuse. Voici son témoignage (la version complète sur info.sfr.re) :

« A l’âge de trois ans j’ai été envoyée dans la Creuse. Je faisais partie du grand nombre de pupilles réunionnais en 1966 et 1967 envoyés dans l’hexagone et qui ont servi de test. Je fais partie des enfants de la Creuse. Je suis restée un an dans un foyer d’enfance avant d’être adoptée par un couple de la Sarthe. On a testé mon comportement et on a effacé ma créolité.

A 18 ans j’ai cherché à connaître mon passé. Je me sentais plus libre et j’ai voulu retrouver ma famille d’origine. J’ai tenté d’obtenir mon dossier d’adoption en 1984. Mais j’ai dû attendre plusieurs années avant de l’obtenir ».

Elle réussira à reprendre contacte avec sa mère biologique en 1991.

Après plus de 50 ans, le gouvernement vient enfin d’adopter il y a quelques jours, une loi reconnaissant la responsabilité de l’Etat dans l’affaire dite des « Enfants de la Creuse ».

Voici un témoignage vidéo de l’un de ces enfants

art journal

affiche-une-enfance-en-exil-2013

Merci à Kapali Studio pour l’autorisation de diffusion de sa revue de presse et l’affiche de son film « une enfance en exil »

_____________________________________

Voici là, un documentaire radio un peu plus compliqué à comprendre.

Ressources :

Catégories : Faits de société | Poster un commentaire

Situation sociale réunionnaise

Un récent rapport de l’INSEE du mois d’Août 2013 (Institut National de la Statistique et des Etudes Economique) montre que la situation sociale à la Réunion est très mauvaise. Ce rapport original compare la situation sociale réunionnaise au département métropolitain le plus défavorisé dans un domaine donné. On apprend que :

  • Le chômage est 2 fois plus élevé à la Réunion que dans les Pyrénées-Orientales,
  • 30 % (pour-cent) des plus de 60 ans touchent le minimum vieillesse, soit 2 fois plus qu’en Corse du Sud,
  • 37 % des mineurs vivent dans des familles ou aucun parent ne travail, soit 2 fois plus que dans les Pyrénées-Orientales.

Cette situation qui dure depuis plusieurs années a entraîné par le passé, et l’année dernière également des émeutes. La plus connue fut l’émeute du quartier du Chaudron en 1991 due à :

  • un fort taux de chômage,
  • le relogement dans des bâtiments de personnes habituées à vivre dans des cases (maison créole),
  • la volonté de fermer la radio locale Freedom.

23 ans après, le nombre de chômeurs n’a pas diminué et la crise économique n’arrange rien. Beaucoup pensent qu’il faut maintenant utiliser d’autres méthodes que les méthodes métropolitaines, le débat est ouvert.

Voici la bande annonce avec quelques extraits du film d’Anaïs Charles-Dominique et de Laurent Médéa, Horizon Cassé. Merci pour leur autorisation de diffusion.

jacquette_horizon

Lien direct vers le site de Tiktak prod.

Catégories : Faits de société | Un commentaire

Propulsé par WordPress.com.