Elie le révolté

« A l’instant où l’esclave décide qu’il ne sera plus esclave, ses chaînes tombent. »  

Gandhi  

new-elie-affiche-2013-e869562Cette citation il faut la méditer. Elle est à la base de toutes les révoltes des peuples opprimés. Tous les pays dans le monde ont connu un jour ce moment de révolte, qui en général, est associé à un homme ou une femme. La Réunion ne fait pas exception à la règle. Ce qui est étonnant c’est que lorsque je pose la question : « avez-vous un héros national ? », je n’obtiens généralement pas de réponse.

L’événement dont je vais vous parler, est un événement omis des livres d’histoire. Il s’agit de la seule et unique révolte d’esclave de l’île de la Réunion. Celle menée par Elie en novembre 1811.

Entre 1806 et 1807, l’île fut frappée par deux cyclones. Les récoltes de la ville de Saint-Leu furent détruites et pour ne rien arranger, les caféiers furent atteints par une maladie. Pour faire face à la crise économique entraînée par ces événements, il fallait trouver une solution, la canne à sucre. Le problème c’est que la canne à sucre nécessite beaucoup de main d’œuvre, c’est-à-dire à l’époque, des esclaves.

Les conditions dans lesquelles les esclaves travaillaient étaient affreuses. Les propriétaires touchés par la crise les nourrissaient mal, de plus, ils devaient travailler sous le soleil de l’ouest de l’île (ceux qui habitent l’ouest de l’île me comprennent).

En 1809, l’île passe sous le contrôle des Anglais. Ces derniers vont dissoudre les garnisons françaises laissant Saint-leu sans Autorités. Conditions de travail difficiles, absence d’autorité, il n’en fallait pas plus.

Le 5 novembre 1811, la révolte est lancée, avec Elie est ces frères en tête. Certains esclaves restés fidèles à leurs maîtres vont les prévenir. Après deux morts côtés propriétaires, ces derniers vont tendre une embuscade aux esclaves, en se servant d’esclaves fidèles comme appât. Elie et son groupe de révoltés vont rejoindre un groupe d’esclaves faussement révoltés. Les propriétaires juste à côté les attrape et mettent fin à la révolte. 30 esclaves, dont Elie seront exécutés. Il aura connu un moment de liberté 37 ans avant l’abolition de l’esclavage.

Un film a récemment était produit par Kapali dont voici quelques séquences. A voir également quelques reportages réalisés par la chaîne Télé Kréol.

Merci à Kapali Studio et à Télé Kréol pour leur autorisation de diffusion.

Voir aussi l’histoire dans le détail sur Wikipédia et le site noutkabar.

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :